Le Salaire à vie

Nous ajoutons une rubrique Salaire à vie, en ce mois d'octobre 2015, car, un peu honteusement, nous ne découvrons que maintenant la proposition de Bernard Friot...

Le revenu de base, revenu d'existence, revenu universel... il existe des variantes particulièrement séduisantes dans ce domaine, mais ces solutions sont souvent partielles, et certaines objections sont véritablement difficiles à écarter.

Bernard Friot livre avec ses écrits récents une proposition d'organisation socio-économique, dans la continuité des conquêtes sociales du siècle passé, issues de la tradition "communo-cégétiste" : sécurité sociale, statut de fonctionnaire, etc. Le but étant de déconnecter toujours plus le revenu de l'emploi, c'est-à-dire du poste de travail. A la majorité politique (18 ans actuellement), on touche un salaire de base, de 1500 euros. Puis, si on augmente en compétences, il peut y avoir une "progression salariale", et les plus zélés parviendront à un salaire de 6.000 euros par exemple.

Le salaire à vie est financé par les cotisations des entreprises, dont les profits ne sont plus captés par une caste d'actionnaires privés. Les entreprises sont co-gérées sous le régime de la "copropriété d'usage".

Un peu technique tout ça, mais la vidéo d'Usul (ci-dessous) explique à merveille ces concepts. Nous l'avons regardée en boucle, et recommandons bien sûr ses autres vidéos (notamment celle intitulée Les Jeunes (la génération Y), que vous pourrez trouver sur sa page Dailymotion :

Pour les curieux, une petite recherche sur le tube donnera des résultats intéressants.

Pour commencer :

Une conférence gesticulée du Réseau Salariat :

Explications en détails (parfois un peu technique) pour Avant-Garde Economique :

Démontage des préjugés que le capitalisme nous inculque, autour d'un salutaire rappel de l'origine du mot "laïcité" :

Une discussion avec Frédéric Lordon (nous recommandons la vidéo d'Usul sur Lordon, ici) :

Une interview dans Là-bas si j'y suis :

La page d'Actuchômage :

Un texte à lire dans la revue Ballast :

Et bien sûr, les livres de Bernard Friot!