Manifeste de l'Internationale Dimanchiste section française

Nous, membres de l'internationale dimanchiste section française lançons ce message :

Non au travail salarié, non au chômage

non aux droits d'auteurs, non au web commerçant,

non aux majors, non aux pme.

Oui au travail du Dimanche, oui au chômage du Dimanche,

oui aux bricolos du Dimanche, oui aux artistes du Dimanche,

oui aux webmasters du Dimanche, oui aux glandeurs du Dimanche,

oui aux créateurs du Dimanche, oui aux producteurs du Dimanche.

Nous pensons qu'à l'heure du tout marchand, du tout tout de suite et du tout finalement bien fade, il est salvateur d'adopter la " Dimanche attitude ", de devenir des amateurs exigeants et pluridisciplinaires, de faire rimer gratuité avec qualité et travail avec jeu.

Le Dimanche les bureaux et les usines sont fermés, mais aussi les magasins. Le Dimanche nous ne sommes plus des machines ni à produire, ni à consommer, cependant nous restons prisonniers du Lundi et dans la nécessité dictée de rentabiliser notre temps libre. Nous pensons que le lendemain de Dimanche, doit être … un Dimanche, ni jour du seigneur, ni jour de repos mais jour de vie et d'action libres.

L'activité la plus intéressante ne vaut pas qu'on s'y consacre à plein temps, la moins intéressante ne vaut pas qu'on y consacre une minute.

L'automatisation et l'informatisation nous imposent de repenser notre organisation du travail, mais aussi notre conception de celui-ci, il en va de même du chômage. Profitons de l'occasion qui nous est offerte de réclamer le droit au travail et le droit à la paresse.

Nous réclamons une allocation universelle et inconditionnelle permettant de tirer profit des progrès techniques et scientifiques accomplis, de dire non au travail forcé et oui au travail libre, au temps libre, à la pensée libre.

Nous renonçons aussi au concept mortifère et agonisant de droit d'auteur : écrivons, composons, créons, inventons, chantons sous la douche ou ailleurs dans nul autre but que la satisfaction qu'offrent ses activités et le souci légitime de s'attirer le respect et la bienveillance de ses pairs.

Luttons pour que les machines industrielles cessent aujourd'hui de persister dans l'erreur en défendant un droit d'auteur obsolète et une vision du travail archaïque et au combien dangereuse, fuyant comme à l'accoutumée la modernité et le bon sens.

Texte écrit le jeudi 7 juin 2001, un dimanche comme les autres par l'internationale dimanchiste, section française.

D'après une idée originale de l'internationale dimanchiste section belge.

Source: http://antitoo.free.fr/antitravail/dimanche.htm